Note d’intention – Rhapsodie pour Dipsomane

CV… 

Note d’intention…

Au départ, ce spectacle a été créé pour la tenue d’une journée de prévention-alcoologie destinée à des élèves de collège.

Il s’agissait pour moi de trouver le discours direct et franc face à ce public exigeant.

L’idée s’est très vite imposée de parler au travers de chansons très bien écrites. Il m’a semblé que ce média pouvait vraiment porter et «faire passer» ce sujet des plaisirs de l’alcool qui deviennent un danger à l’instant où sa consommation devient abusive.

Certaines de ces chansons sont traitées sur un ton comique, d’autres sont plus graves ou encore un peu violentes dans leur vocabulaire. Mais elles ne sont jamais moralisatrices et encore moins incitatrices aux dérives de l’alcool. C’est pourquoi mon choix s’est porté sur ce «menu», et que je l’ai voulu aussi éclectique, tant dans les styles musicaux ou les périodes d’écriture que dans les vocables utilisés.

Ainsi je voulais mettre l’accent sur le côté universel et intemporel des dérives liées à une trop forte consommation d’alcool. De cet environnement culturel et du lobbyisme pro-alcool dans lequel nous vivons depuis des générations, et donc de la difficulté de lutter contre.

Avec Jean-Louis Laforêt, nous avons imaginé ce décor d’un zinc encadré de projections d’images animées non sonores sur les murs de la salle. Des images tirées de films ou de photos. Nous mélangeons sans détour le fameux délire éthylique de Yves Montand dans «Le cercle rouge» de Melville aux rêveries kitch et houblonnées du Dumbo de Walt Disney, en passant par les photos d’archives des fêtes de St Germain-des-prés avec Vian ou des frasques trop célèbres du Gainsbourg/Gainsbarre.

Le trait commun de ce répertoire – tant en images qu’en mots – est marqué par le fait que les plaisirs d’ébriété deviennent vite des illusions éthyliques. La musique et la poésie permettant de parler de ce sujet dans un langage sensible et donc de toucher plus directement aux sens.