Expo 2009 « ça coule de source »

EXPO 2009
« ça coule de source »
15 artistes pour un été :

Simon HITZIGER

Artiste plasticien né en 1980, vit et travaille à Nancy.Diplômé de l ’École Nationale Supérieure d’Art de Nancy en 2006. (DNAP / DNSEP obtenus avec les félicitations des jurys). Parallèlement à sa production de sculpture et d’installations, Simon Hitziger s’est construit un univers pictural composé de peintures et de dessins.Ses peintures ont été réalisées à partir de situations vécues (lors de voyages) et certaines sont incrustées de scènes imaginaires. Il relie entre eux les voyages et les rêves en mettant en avant les moyens de transport ainsi que leurs points de chute ou d’accroches. Il aime imaginer des espaces vidés, créer des contrastes et renforcer les perspectives.

 

Manu POYDENOT D’ORO

Vues et fantaisie

Son travail, toujours figuratif, développe une tentative concentrique d’appropriation du réel ; Initialement par une transposition onirique, puis une approche de plus en plus documentaire. Elliptiques dans leur étrangeté, ses images génèrent des possibilités narratives aux multiples trajectoires ; Et révèlent une incessante recherche évolutive, technique, esthétique et stratégique. Par son ampleur, l’œuvre a les prétentions encyclopédiques, compulsives et systématiques du collectionneur.

Anatomies lorraines / Nancy

Depuis deux ans, il entreprend l’exploration graphique raisonnée de l’agglomération nancéenne.
Territoire, paysages urbains, transformations.
Histoire, au travers de sa propre expérience.
Il s’agit là d’une approche personnelle et sensitive de la cité, d’un habitant s’appropriant son environnement en le régénérant à travers sa pratique ; Une mystification du lieu par la puissance évocatrice de l’image ;
Une ambition de l’universel à partir du local.

Au bord du Monde

Son travail s’étend peu à peu vers une approche plus globale, dans une chronique de toutes les activités ordinaires ; a base de ce qu’il voit, au quotidien,  jusqu’aux pérégrinations vers les bords de mer, fantastique et fascinante frontière.

A travers nombre d’images dessinées, peintes ou gravées, sous forme de paysages urbains et de mise en scène de personnages rencontrés, se matérialise une nouvelle approche spatiale.

www.poydenot.net

www.poydenot.com

www.manu.poydenot.net

                                                

 

Céline POUTAS

Née à Nancy en 1979, Céline Poutas choisit la photographie pour imprimer son regard dans des scénographies entre réalité et imaginaire. Dans sa dernière exposition Museum, elle met en scène les neuf muses de l’Antiquité enveloppées d’un voile de poussière comme prisonnières du temps.

En 2007, c’est une recherche sur le poil et la monstruosité qu’elle propose dans une série intitulée Monstrapoils. Dans son exposition Photosynthèse en 2006, des êtres mi-hommes mi-fleurs rythment les allées d’un étrange jardin imaginaire.

En 2005, elle participe à la manifestation Le Temps des Lumières et présente Fantasmagories, un travail photographique construit comme une réflexion métaphysique.

Avec Obsessions en 2004, elle expérimente des images photographiques à partir de collages numériques. En 2003, avec la compagnie de théâtre Theaterland, elle réalise l’exposition Ô miroir.

En 2001, elle rapporte des clichés réalisés sur la ligne ferroviaire du mythique Orient-express, entrant ainsi dans le monde de la photographie…

www.myspace.com/celinepoutas

                                                    

 

Hélène BUSNEL

Hélène est une artiste multiple : Danseuse, chanteuse, comédienne… Et puis, au milieu de tout ça, une envie de solitude, une envie de matière concrète : depuis 1990, elle réalise des pièces sculptées dans la pierre ou en céramique. Son thème de prédilection : le corps et ses mouvements…

                            

Frank HORVAT

Frank Horvat est un insatiable. Curieux de nature, il continue de travailler la photographie sous toutes ses formes.
Né le 28 avril à Abbazia, Italie (maintenant Opatija, Croatia), il s’intéresse dès l’âge de 15 ans à la photographie.
D’abord, il étudie le dessin à l’Accademia di Brera à Milan. Il rencontre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa à Paris et devient photographe indépendant, voyageant à travers le monde pour des magazines tels que LIFE ou PICTURE POST.

En 1957, il devient photographe de mode à Paris, Londres et New York pour JARDIN DES MODES, ELLE, GLAMOUR, VOGUE, HARPER’S BAZAAR, etc.
Entre 1958 et 1961, il fait partie de MAGNUM en tant que photographe associé. En 1976 – 86, il travaille sur des projets personnels en couleur :
« PORTRAITS D’ARBRES », « VRAIES SEMBLANCES », « NEW YORK UP AND DOWN ». En 1986-87 il travaille sur la rédaction de « ENTRE VUES » : entretiens avec des photographes célèbres, publié en France par Nathan en 1988, devenu une référence pour beaucoup de photographes. En 1989, déjà, il commence à expérimenter l’imagerie numérique. On peut voir son travail dans des expositions à travers le monde, dans de magnifiques éditions, et aussi dans un film que Arte lui a consacré en 1999…

http://www.horvatland.com/

GARY

« Quelquefois il dessine la tête en bas, les pieds en l’air, inverse les polarité. Fait le contorsionniste dans un drôle de cirque atelier, invente un chapiteau pour dompter les couleurs, lâche les fauves, dresse les bleus, fait claquer les jaunes, lance des éclairs noirs et jongle avec les balles blanches. Dans une nuit rouge de projecteurs, les peintures courent sur les murs. Funambule du réel, un pinceau dans chaque main…équilibre précaire…il peint… »
Extrait « GARY FAIT SON CIRQUE »

http://garyspainting.wordpress.com/

                                             

 

Gil BROWAËYS

« Gil Browaëys a choisi la terre, le feu et si cela n’était pas suffisant, les hautes températures avec un tour à Bois. Quelle bonne idée ! Il n’est pas besoin de chercher de signification du travail de Gilles : il est un « fait ». Il choisit d’instinct la voie qui lui demandera la plus grande dépense d’énergie. Ca l’excite. Personne n’y peut rien et sans doute lui non plus. Il cherche à se relier (et à nous relier) avec des formes qui nous dépassent, nous entraînant dans la quête du spirituel qui veille ou sommeille en lui (et en nous spectateurs). C’est beau et c’est bien comme ça. »
Claude Champy.

www.gil-browaeys.com